Le marketing territorial est un troll…

(Tribune que j’ai publiée dans la revue Brief en février 2017)

DontFeedTheTrolls2-264x300

La lecture régulière des publications et autres énoncés des professionnels de la communication territoriale est passionnante et parfois… navrante. Entre postures jubilatoires, énamourées, parfois critiques et souvent stimulantes autour des civic techs, des smart cities, de l’open data… la thématique du marketing territorial y est très présente, symptôme d’un métier en recomposition/disruption/explosion. Un métier en crise… ? Entendons-nous bien, il ne s’agit pas ici d’un propos visant à stigmatiser ou disqualifier les communicants territoriaux qui seraient “market-terr friendly” (l’intelligence, les compétences, le volontarisme et l’engagement des ces professionnels sont réels et avérés, mais ne sont pas mon objet dans ce billet), mais plutôt d’une réaction/interrogation (provocatrice…) sur le fonds et les formes de rationalités qui structurent certaines pensées et pratiques en mouvement autour du vocable “marketing territorial”.

Des communicants territoriaux béats : “Je brand, donc j’existe !!”

Les lois de décentralisation ont eu entre autres conséquences de déployer un double mouvement (paradoxal ?) de « mise en communication » et de « mise en compétition » des territoires et de promouvoir une nouvel idéal communautaire : le « territoire enchanté », pacifié, innovant, intelligemment co-produit , etc. Un nouveau grand récit de substitution… A la communication des « institutions » a succédé Lire la suite de « Le marketing territorial est un troll… »

Publicités

#Capcom15 : quelques réactions “à chaud”

Clôture hier en terre tourangelle du 27ème Forum annuel du réseau Capcom (Réseau des communicants publics et territoriaux). Une édition bien intéressante, occasion à la fois de retrouver de vieilles connaissances, de rencontrer de nouveaux pros de la com publique et de faire un peu le point sur certaines problématiques et pratiques de ce secteur passionnant.

27e-forum-cap'com-2015

Quelques remarques à chaud (reprise de mes notes) sur le parcours qui a été le mien dans le très copieux menu de cet événement national, à caractère œucuménique et néanmoins disruptif. Donc, un propos sur le mode réactif, non étayé, compulsif, informel, en vrac…

Bernard Deljarrie a ouvert le Forum sur un rappel salutaire et nécessaire quant à la responsabilité des communicants publics et territoriaux (CPT) dans l’explicitation et la consolidation – à travers leurs postures et leurs pratiques – des principes de la République et du Se(r)vice Public. Le Délégué Général de Capcom a formellement appelé les CPT a être « plus offensifs« , Lire la suite de « #Capcom15 : quelques réactions “à chaud” »

Les « relations presse » : un pas en avant, deux pas en arrière… ?

getImageEm

J’ai eu le plaisir vendredi 27 juin dernier, d’animer une table-ronde dans le cadre des « Journées d’études LOUSTICPREFics » à la MSH-Bretagne, journées qui avaient pour thématique « Innovations technologiques en contexte professionnel : Continuités et ruptures dans les conceptions et les pratiques« .

Cette table-ronde portait sur les innovations et mutations dans le secteur des médias, thème circonscrit – pour l’occasion – au (vieux) couple « attaché de presse/journaliste ». L’idée était d’échanger sur la façon dont la « révolution numérique » se manifeste dans les pratiques de ces professionnels. Comment se donnent à voir les traductions de ce changement de paradigme (« penser à l’envers« ) qu’induit la numérisation généralisée des traces, des signes, des relations, des interactions, des organisations etc…

Une des phrases que l’on entend le plus dans les milieux professionnels est la suivante : “On ne fait plus le même boulot !”. Une phrase qui n’est pas seulement exprimée par les militants du “c’était mieux avant !”, mais qui est également proposée par de nombreux pros comme une opportunité. Une proposition qui est l’objet de nombreuses négociations – dans les associations professionnelles – sur le “positionnement » et le “cœur de métier”.

Lire la suite de « Les « relations presse » : un pas en avant, deux pas en arrière… ? »

« Spin doctor, je te vois… »

yulsLe 6 mai dernier, France 5 diffusait un documentaire réalisé par Luc Hermann et Gilles Bovon, sur un métier qui suscite beaucoup d’attrait et de fantasmes (notamment chez les étudiants en communication) : les « Spin Doctors« .

Souvent (dé)considérés comme des « Maitres communicants-manipulateurs » évoluants dans les plus hautes sphères du pouvoir économique et politique, ces « communicants de crise » (« Fixers ») sont également très « mainstream » dans le flux des séries TV « qui marchent » (« Borgen » ou « Scandal » par exemple).

De « L’Affaire Kerviel » à « L’Affaire DSK », en passant par l’opération de lobbying de Castorama et Leroy-Merlin (l’ouverture des magasins le dimanche), ce documentaire en 2 parties met en lumière certes des pratiques, mais surtout des acteurs qui pilotent ces stratégies (des pros qui étaient – pour la plupart – déjà présents dans un livre publié en 2011 : « Les gourous de la com »).

9782707174468

C’est sans doute dans cette « incarnation » que réside l’intérêt de ce documentaire (car pour les aficionados – dont je suis – « rien de nouveau »), mais de mon point de vue, c’est également le « dispositif de communication » (d’influence…) dans lequel s’inscrit ce documentaire, qui est intéressant : il a été diffusé en même temps que la sortie du livre et la mise en ligne du jeu. Du « inbound marketing » et de la « com d’influence » en quelque sorte… CQFD.

Partie 1 : « Les crises »

 

Partie 2 : « Les Politiques »

 

 

Internet va-t-il (vraiment) sauver le monde ?

Pour tout sauver, cliquez ici ! Avec ce titre un brin sarcastique, Evgeny Morozov a signé cette année un livre provocateur sur un travers bien commun des passionnés des nouvelles technologies : croire qu’Internet a la solution à tous nos problèmes.

See on http://www.rslnmag.fr and on Société numérique, Information-Communication